Farafinna ni Faransi ka lajɛba Mali kɔnɔ

logo-du-27e-sommet-afrique-france-324x160

Le logo du sommet

Ɲinɛ san 2017, o bɛ bɛn Faransi ni farafinna ka lajɛba tako 27 nan ma. O bɛ kɛ Mali faaba kɔnɔ. Jamana kuntigi 25 ka kan ka na ɲɔgɔn kunbɛn yan, ka hakulina falen falen kɛ. O hakilina falen falen ninnu bɛ kɛ ka ɲɛsin lakana sabaliti, sɔrɔyiriwasiraw, Kalanko, ani fɛn fɛn n’o de bɛ hadamadenya sabati ka laafiya sabati jamanakɔnɔdenw ye.

O lajɛba in kama, Mali Gakɔrɔnama cɛsirilen bɛ walasa o ko ka kɛ ko sabatilen ani kunnawoloko ye. O de kama; sirabaw dilanna; k’u ɲɛgɛn, ka wale caman ta ka ɲɛsin jɛya ni bɛɛsɛya fana ma. O kow kama, jamakulu caman wililen bɛ ka jɔ u sen kan walasa, cogo o cogo la, fiɲɛ foyi kana sɔrɔ nin ko in labɛn fan fɛ. O de la, jamanakuntigi weele caman bila ka ɲɛsin jamanadenw ma, walasa bɛɛ ka nin ko in kɛ i kunkɔrɔko walasa, nin dunanba minnu bɛ na an ka jamana kɔnɔ, olu kana jiginna yɔrɔ foyi sɔrɔ an na yanni u taali cɛ.

Jamanakuntigi 25 bisimilali tɛ konɔgɔn ye, nka, a n’a gɛlɛya bɛɛ, Gakɔrɔnama dabali bɛɛ bila senkan u jatigilako la otɛliw la. Kunnafoniw b’a jira k’a fɔ k’o tɛ sigako ye tugun.

Lakabata fan fɛ, a bɛ kalo caman bɔ sisan, wolomasiritabaw ni polosiw b’u sen kan su ani tile walasa ka lakana lasabati dugu fan bɛɛ fɛ.

Kunnafoni di sira fɛ, dabali camn fana tigɛlen bɛ walasa mɔgɔsi kana to dibi la nin ko in na: Jamna telewisɔnba bɛ k’a ka labɛn sabati walasa k’a ta dunanw cunnina an ka pankurujiginkɛnɛ kan, fɔ ka se baara tɔw ma, u ka se k’o bɛɛ jira jamanakɔnɔdenw na. O kɔfɛ, arajow ni papiye kunnafonidila caman fɔ ka se jamana kɔkan kunnafonidilaw ma, o caman weelelen bɛ nin ko in walasa bɛɛ ka se ka somɔgɔ sama sɔrɔ à ko sen fɛ.

An bɛ dugaw kɛ, Ala k’a ko kɛ ko sabatilen ni kunnawoloko ye. Ala ka kɛ hɛɛrɛ ye Jamana ni jamanadenw ma.

Aw ni ce.

Publicités

Nin ye togodala bulogɛri dɔ ka hakilina ye ka ɲɛsin jamanakɔnɔtaa ma, an ka kɔrɔlenkow sira fɛ

201504211748-full

Crédit photo: LE FIGARO

Sɔnin, mɛri mediterane bɛ ɲinin ka jate ka kɛ Farafinna cɛ n’a musow kaburudon ye, minnu b’a ɲinin ka taa jifan dɔ fɛ, o min jatelen bɛ i ko diɲɛ alijinɛ, (tubabula), mɔgɔ minnu jigitigɛlen bɛ taa cogoya ɲinin, cogoya min b’a to u bɛ se k’u ka diɲɛlatigɛ kɛ kɛcogo ɲuman na.

A bɛ waati jan bɔ, o jilatoli ninnu kibaruyaw de bɛ ka diɲɛ lamini kunnafoni diɲɛ telesobaw fɛ. A ye nin kunnafoni in tɔ kalan an ka seko ni dɔnko bulɔgu kan 

Mali: Interview avec Fatoumata Diaby, la battante de Sakolabada à Kéniéba

IMG_20160621_152742

Communément appelé « Taxinin » ou « katakatanin », le moto-taxi est aujourd’hui utilisé dans presque toutes les régions du Mali. Il sert de transport en commun dans certaines villes comme à Ségou par exemple  où il tente de supplanter les taxi à cause de son prix abordable, comme souligné dans le blog TOUBABOU A BAMAKO. A Bamako, il est utilisé pour le transport de bagages. Dans certaines zones rurales, des commerçants s’en servent pour aller vendre leurs marchandises de villages en villages. Dans toutes ces activités, Ce sont les hommes qui travaillent avec le « katakatanin », mais le cas de Fatoumata était ma première fois de voir cet engin conduit par une femme.

J’ai rencontré Fatoumata au niveau de Kati le 28 juin 2016 sur son nouveau moto-taxi en partance à Kéniéba sur une distance de 484 kms. Voir une femme au volant d’un engin difficile à conduire même pour les hommes pour la première fois, m’a poussé à découvrir davantage ce que fait Fatoumata avec le moto-taxi et je me suis entretenu avec elle.

Lisez l’interview sur notre blog culturel « Qaund le village se réveille »

 

Les sages Bambara ont vite su l’importance de la langue pour une nation

Et si beaucoup d’entre nous en Afrique avaient vite su l’importance de la langue pour le développement socioculturel, politique, administratif et économique d’une langue pour une Nation? Serions-nous encore à ce point où en longueur de journée, chaque Africain se plaint du sous-développement de notre continent, au même moment où, à cause des langues du colonisateur, certains refusent même de s’exprimer dans nos langues, même s’ils en sont des professeurs.

Ce travail préliminaire de nos sages en matière linguistique ne contribuerait-il pas à la prise de conscience? Kan, le cou en Bambara et kan, la lange en Bambara, ces deux appellations sont les mêmes parce que les sages savaient qu’une fois qu’on retire à quelqu’un sa langue, c’est comme si on l’a pris par le cou et alors il ne peut plus bouger. C’est ça une des raisons de notre sous I développement car nos langues nous ont été retirées.