Les occupations quotidiennes des femmes en milieu rural.


Cet article est loin d’être une plainte, mais c’est juste pour montrer que dans les familles en milieu rural, existe quotidiennement une complémentarité entre les femmes et les hommes et chaque partie s’occupe bien de ses tâches sans contrainte. Les tâches sont connues, chacun est d’accord et exécute pleinement son devoir pour le développement harmonieux de la famille.
Malgré la journée chargée, les femmes rurales accomplissent bien tout ce qui est de leur devoir traditionnel pour se rendre utile dans la société et aider leurs maris à maintenir la famille stable et cohérente.
Pour les différentes tâches ménagères, la cuisinière du jour se lève à 5 heures du matin pour préparer le petit déjeuné qui est généralement consommé au plus tard à 7 heures du matin. De là, les hommes vaguent à leurs occupations sur lesquelles nous parlerons plu tard.
Après ce repas, les autres femmes de la famille pilent le mil et rendent la poudre à la cuisinière du jour. Pour piler le mil, les femmes pratiquent une très grande solidarité. Celles de la même famille se regroupent dans le vestibule ou à un coin de la famille pour piler. D’autres femmes peuvent quitter leurs familles avec leurs calebasses remplies mil, de maïs pour venir piler avec les femmes d’une autre famille.
Ce déplacement n’est pas un geste gratuit. Elles se rejoignent pour se servir réciproquement des matériels disponibles sans tenir compte de mot « propriété ». Il manque à Kadiatou le tamis, elle prend celui de Fanta, elle manque à Fanta le pilon, elle prend celui d’Awa ainsi de suite. Si une femme dans une famille pour une commission trouve les femmes en train de piler, elle ne passe jamais sans donner un coup de main à chacune d’elles. Voila, c’est ça ! La cuisinière se charge de préparer le déjeuné qui est généralement mangé à 10 heures ou à 11 heures. Au cours de cette activité, elle puise de l’eau au puits dont la profondeur varie entre 6 à 10 mètres. Si elle a des filles, celles-ci l’aide dans cette tâche et cela est une alternance entre les femmes de la famille. C’est-à-dire que chaque femme prépare pendant deux jours et elle remet le relais à une autre. Mais chaque jour, toutes les femmes pilent mais une seule s’occupe de la cuisine Nous voyons la cuisinière en vas et viens entre la cuisine et la maison pour s’occuper des enfants et les petits besoins de son mari en même temps. Tout cela est un plaisir pour les femmes chez nous car elles se sentent utiles.
Après le repas, elle ramasse les ustensiles de cuisines, les lave et vague à ses petites activités de revenue comme les autres femmes. En milieu rural, chaque femme a une petite activité de revenu qui lui permet de subvenir à ses besoins en plus de ce que son mari fait pour elle, d’entretenir ses enfants et des fois de venir au secours de son mari dans les dépenses familiales. Il s’agit de dégrainer le coton pour faire des fils et des tissus, de décortiquer de l’arachide pour vendre les grains ou faire de la patte d’arachide qui est beaucoup utilisée au Mali pour faire de la sauce ou d’aller s’occuper de leurs planches dans le jardin maraîcher collectif du village. Dans ce jardin, elles plantent de l’oignon, du piment, de la tomate et beaucoup d’autres plantes sollicitées en ville pour l’alimentation.
Ces légumes servent de condiments pour le repas familial, mais aussi elles les vendent aux marchés hebdomadaires qui leur sont proches. Du jardin, elle retourne à la maison à 15 heures, l’heure à laquelle elle réchauffe le reste du repas du déjeuné pour la famille. Directement elle continue à préparer le repas de la nuit qui est toujours prêt et mangé à 20 heures. Après ce repas qui se mange à côté de la maison du chef de famille, tous les membres de la famille, hommes, femmes et enfants restent un peu pour causer et écouter attentivement les vieillards raconter leurs expériences de la vie.
Chaque deux jour, elles partent chercher leur provision en fagot en brousse pour la cuisine. C’est pour quoi chaque jour, nous pouvons voir les femmes rurales venir de la brousse chargées de fagots, l’enfant au dos et avec une hache sur l’épaule.
Des fois, au lieu d’aller chercher elles-mêmes du bois sec, certaines femmes préfèrent acheter des grands tas de fagot avec des vendeurs de bois de chauffage. D’autres femmes prennent des travailleurs journaliers qui font un, deux ou trois jours à chercher du bois sec pour elles. Elles paient ces travailleurs avec la somme qu’elles reçoivent dans leurs petites activités. Ce travail journalier de recherche de bois sec en brousse constitue aussi l’activité de revenue de certaines femmes. Elles font des tas de fagots et les vendent aux autres femmes du village.
Il ya certains hommes, pour faire plaisir à leurs femmes, achètent du fagot pour elles.
Cette pratique de vente de bois sec est beaucoup plus fréquente dans les villages au bord du goudron. En plus des hommes, la principale activité de beaucoup de femmes, c’est de faire des tas de bois sec qui sont achetés par les gens de la ville de passage.
Quelques temps après cette causerie avec les vieillards après le manger, elles rentrent toutes se coucher pour reprendre les mêmes activités le lendemain et en alternance entre toutes les femmes de la famille comme j’ai dit.
Toutes ces activités n’empêchent pas en même temps les femmes rurales de montrer leur sociabilité dans telle ou telle cérémonie.
Il y a le mariage d’une nièce dans tel village, elles prennent part, une connaissance a accouché, elles sont là, telle autre cérémonie est importante se passe dans la famille paternelle, les femmes sont toujours présentes. Elles ne partent jamais la vide mais toujours avec un cadeau comme leur contribution.
Les occupations quotidiennes des femmes en milieu rural.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Les occupations quotidiennes des femmes en milieu rural. »

  1. Il est extrêmement précis et documenté, ce post! On sent l’observation de choses vécues. Peut-être @jujubier, un ethnologue spécialiste de votre pays, ou même d’autres, seraient-ils intéressé par votre témoignage pour ses recherches sur le Mali rural contemporain?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s