Le téléphone mobile a crée des activités de revenu dans nos pays.


untitledLa vente de nouveaux, des téléphones de seconde main, ainsi que des pièces de rechange constituent un facteur de gagne-pains chez beaucoup de personnes dans nos pays aujourd’hui. Les uns font du commerce ambulant de téléphones et des pièces de rechange, d’autres sont dans les grandes boutiques et des kiosques où on peut tout trouver pour les téléphones.
C’est le cas de ce jeune commerçant à Bamako, du nom de Sory Nimaga vendeur de téléphones et de pièces de rechange au marché de Fadjiguila en commune I.
Sory vend comme vous pouvez le constater dans les images, des téléphones portables neufs comme des téléphones de seconde main ainsi que des pièces comme les batteries, les cartes mémoires, les chargeurs, et autres. Sory ne mène d’autres activités que cela à Bamako et il arrive à se tirer d’affaire.
Le début de tout travail étant difficile, pour un début sory se trompait du prix de ses marchandises et il vendait des fois des téléphones en bas du prix auquel il a lui-même acheté.
Tout bon travailleur cherche toujours à se perfectionner, à se corriger, à corriger ses erreurs, à chercher des solutions aux différents problèmes qui se posent, c’est ainsi que Sory a décidé de noter sur papier toutes ses marchandises avec leur prix et cela en arabe.
Demandant à sory de savoir s’il trouve des difficultés d’adaptation de la langue arabe à ses besoins de commerce, il dit avec joie, qu’il note tout en sa manière et il comprend très bien et cela lui a d’ailleurs permis de ne plus se tromper sur les prix.
Voici que sory grimpe petit à petit en augmentant quotidiennement son chiffre d’affaire.
Le téléphone mobile a crée des activités de revenu  dans nos pays.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Le téléphone mobile a crée des activités de revenu dans nos pays. »

  1. Bonjour. C’est très intéressant de voir quelles sont les utilités du téléphone portable et quels sont les métiers que cela peut créer. Je crois que le développement de l’Afrique passe beaucoup par le développement des télécoms. Voir ce post: http://jbriselet.blog.lemonde.fr/2009/10/14/les-cables-de-lafrique/
    Il serait utile de parler aussi des difficultés de vie des centres internet de quartier, des petits « Internet café ». J’en connais un à Daoudabougou, en Commune V, si tu veux le joindre: harounakomacara@aol.fr
    Merci pour ce blog passionnant. Jean

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s