L’enfance, le paradis dans ce monde ici bas


untitledLe paradis qui se perd et qui ne se retrouve plus, c’est l’enfance. C’est une époque de la vie où tout est joie, tout est amour, tout est viril et tout nous est favorable. L’enfance, une époque de la vie où le cœur n’a pas encore commencé a enregistré les mauvaises actes des malveillants qui tentent toujours de rendre noire la page très claire que Dieu a attribué à chaque individu à la naissance : le cerveau, le cœur, la pensée.
L’enfance, c’est la joie, c’est le rire accompagné de petites courses entre les portes, les bras sans distinction entre les gens qui nous entourent et qui ont tous l’air gentil avec nous.
Là, on reçoit des sourires, là-bas on reçoit des cadeaux et on est source de joie de l’entourage qui parle toujours de nos rires, de nos pas de danse et de nos petites expressions apprenant à parler, à chanter, et à danser.
Enfance, un moment où on déclenche la douceur dans le cœur de l’assistance qui nous entoure partout où on est par nos imitations de mariage, de cuisine, de fabrication de petits objets, des activités à partir desquels nous amusons nos parents et dirigeons leur pensée vers demain, un demain dans lequel, ils nous voient déjà grandit ignorant le sort que ce demain nous réserve, quel souci permanent dans les cœurs de nos parents dont le combat quotidien est engagé pour notre bonheur !
L’enfance, une époque de la vie où nous sommes capables de déclencher des rires même pendant des jours de malheur par nos geste insensés au milieu de nos parents, de nos tantes, de nos cousins et cousines, de tout l’entourage en laissant des traces de souvenir partout où nous passons, des traces qui nous rappellent toujours de ces moments de merveille de notre vie. Par là, un objet nous dit que pendant l’enfance, nous nous amusions ici avec les filles et les garçons de même âge que nous, en visite chez un oncle, le salon nous dit que pendant l’enfance, nous avons cassé ici des verres et nos tantes, pour nous taquiner, ne cessent pas de nous rappeler à l’oreil, un de nos faits et nous baissons la tête et sourions un peu.
Ces souvenirs de joie et d’innocence nous accompagnent pendant le reste de la vie, et cela constitue un paradis perdu qu’on ne retrouve plus !
L’enfance, le paradis perdu, un moment de la vie pendant lequel la collaboration entre fille et garçon comme ces deux jeunes n’est prise que dans le sens de simple camaraderie.
Longue et heureuse vie à tous les enfants, à tous les jeunes du monde entier.

Publicités

2 réflexions au sujet de « L’enfance, le paradis dans ce monde ici bas »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s