La circoncision est une école d’éducation et de sagesse pour l’enfant africain


Je ne parle pas de nos jours où l’enfant est circoncis dès sa naissance ou quelques mois après. Je parle de l’époque où le jeune garçon subissait les épreuves de la concision jusqu’à 12 ans ou plus. Le choix de cet âge est très significatif. L’enfant sent et se souvient de toutes les épreuves qu’il a subies.
Les jeunes garçons de même groupe d’âge subissaient ensemble les épreuves de la circoncision. La procédure est longue. Nous nous contentons de quelques grandes lignes montrant les avantages de la circoncision à l’âge avancé.
Je décline mon chapeau pour les sages africains pour avoir l’autorisation de toucher ce thème dont la transcription, la publication et la conservation sont nécessaires de nos jours pour aider les jeunes générations à avoir une ligne de conduite, ces jeunes qui ont de moins en moins de chance de connaitre ces pratiques significatives en Afrique. Je le fais en restant dans le cadre du respect de « tout ne se dit pas ».

La circoncision apprend le courage et la bravoure au jeune garçon :
La circoncision est une école d’apprentissage de plusieurs pratiques sociales. Le groupe de jeunes circoncis est confié à un homme de grande moralité chargé de leur apprendre la bonne conduite, la moralité, les coutumes et les pratiques sociales. Depuis le matin du jour de la circoncision, les jeunes apprennent la bravoure. Ils commencent par prendre comme petit déjeuner, un repas très chaud avec trop de piment et cela a pour but de les habituer aux difficultés de la vie, qu’ils sachent que dans la vie, on ne doit toujours pas s’attendre à la simplicité, mais aussi à des épreuves très dures qu’on doit endurer avec patience et persévérance. Ce geste n’a rien de méchant envers les jeunes, mais seulement les préparer physiquement et psychologiquement pour une vie future comme dit la hyène : « j’apprends à m’habituer à marcher à trois pattes avant que je ne perde une jambe. »
Après ce repas, il est interdit aux jeunes de fuir l’adversaire, de pleurer sauf par pitié ou de montrer leur faiblesse sauf s’ils sont à bout de souffle.

La circoncision, une école d’apprentissage du respect de la hiérarchie :
Parmi les jeunes circoncis, il est choisi un chef à qui la responsabilité est confiée. Il ordonne tout, veille sur sa conduite et sur celle des autres. Quand un d’entre eux veut faillir à une règle, il le conseille ou transmet la nouvelle à leur grand chef si le fautif ne cesse pas son comportement. Tous les autres le respectent. Il rend toujours compte des faits à leur grand chef qui est désigné dans leur famille de séjour. Depuis là, le jeune garçon apprend à respecter la hiérarchie.

La circoncision, une école d’apprentissage Pendant du sens du regroupement, de la solidarité et de l’amour du prochain :
Circoncire les jeunes par groupe à pour but de leur apprendre le sens de la collaboration, de la coexistence, le respect de la limite de la liberté. Là, on apprend aux jeunes de peser le poids de chaque mot avant de le prononcer, c’est-à-dire la bonne manière. Toutes les valeurs de la solidarité, de l’entraide leur sont dictées avec une consigne ferme de ne jamais prendre de promesse qu’on ne peut pas tenir et de toujours respecter sa parole donnée. On cultive à ces jeunes l’amour du prochain en leur demandant l’union dans toute circonstance et de ne jamais trahir. Quand l’épine pique l’un d’entre eux au pied, les autres doivent sentir la douleur dans leur tête. Ils font tout ensemble avec volonté et amour.

A suivre

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s