Le mirador, un lieu de repos des vieillards, un centre d’information et de formation de la jeunesse


Les vieillards, après avoir beaucoup fait, beaucoup vu, beaucoup entendu, et beaucoup appris auprès des générations qui les ont précédés, deviennent chacun un vieux sac rempli de la sagesse africaine. Ils constituent des bibliothèques, la mémoire collective de la société, les détenteurs et défenseurs des coutumes, des traditions et de la culture africaine.
Après avoir beaucoup contribué à la construction du grand « Faso« , participé à sa prospérité, à sa stabilité économique et sociale, à la préservation de ses valeurs culturelles et à la maintenance de sa dignité, ces conseillers sociaux, chaque soir, viennent se retrouver sur le mirador à un coin de la place publique ou quelque part non loin du village sous un grand arbre.
Ils s’y retrouvent pour causer, échanger et diriger la conduite des futures générations qui ont moins d’expérience pour affronter les difficultés de la vie.

« La vie n’est pas aussi simple que la traversée du fleuve« , ma mère me l’a toujours dit,

« l’impatient ne mange jamais à sa faim quand le repas est chaud« , elle n’a pas cessé de me répéter quand j’étais jeune,
« le chien de la jeune est rapide, mais le chien de la vieillesse connait mieux la forêt que lui« , j’ai toujours entendu ça avec les vielles personnes.

Satisfaits d’avoir gardé l’honneur de leurs familles sans tâche, ces vieilles personnes, assises avec leurs morceaux de kolas ou de tabatières, qu’ils sortent de temps en temps pour rafraichir leurs mémoires, observent les gestes, les démarches, la conduite de tous ceux qui passent: jeunes garçons et filles, femmes, nouvelles mariées pour agir directement s’il le faut pour corriger leurs comportements non conformes aux règles sociales. Oui, le mirador est une vraie école, pas une école à cours magistraux, mais une école à méthode active, une école liée à la vie où chaque leçon est donnée en fonction d’une situation produite. Connaissant le poids de chaque mot qu’ils prononcent, les sages africains donnent toujours des conseils sans vexer le fautif. Sur le mirador, les maîtres-mots sont :

Ne fais pas ça, ce n’est pas le moment

Ne fais pas ça comme ça, ça se fait comme ça,

Ne fais pas ça sinon tu seras comme ça ou quand tu vois ça, c’est ça qui va se produire.

Un débat engagé sur les évènements annonçant la situation pluviométrique à venir ou sur l’interprétation du cri d’un oiseau sur une branche d’arbre, est entrecoupé par des proverbes à l’adresse des jeunes têtus du village pour dégager leur responsabilité pour une situation difficile qui arrivera quand l’intéressé ne change pas de conduite.

« J’ai l’habitude de te dire ne vieillit jamais« , ces sages ne se lassent pas de dire,

« l’escrémat d’une vieille poule est comme l’escrimât de la hyène, plus ça vieillit, plus ça devient clair« , soufflent-ils toujours aux oreilles des incorrects,

« la jeunesse croit tout avoir dans l’avenir, mais la vieillesse est impitoyable« , disent-ils toujours pour montrer aux jeunes qu’il n’y a pas de temps à perdre et que c’est pendant la jeunesse qu’il faut travailler.

Sources inépuisables de pratiques africaines, chacun, fouillant dans ses documents intérieurs pour contribuer aux débats, écoute attentivement l’intervention des autres sur des sujets importants. Du coup, le jeune garçon assis à côté, commence un de ses devoirs de va-et-vient. Une fois qu’un des vieux dit : « va m’apporter de l’eau à boire » c’est comme si cela déclenche chez les autres, l’envie de boire aussi.
Le garçon commence le nombre de va-et-vient équivalant au nombre de vieux et chaque fois, avec un gobelet d’eau rempli. Chez nous, on passe le reste de l’eau au voisin quand on n’a pas fini le contenu du gobelet, mais sur le mirador, même si on ne vide pas l’eau du gobelet, on verse le reste de l’eau pour que le garçon aille chercher pour les autres. Durant tout le va-et-vient du garçon, les sages observent l’humeur du petit pour s’assurer que dans l’avenir, il sera un jeune qui va appliquer le respect dû aux aînés, une de nos valeurs sociales.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le mirador, un lieu de repos des vieillards, un centre d’information et de formation de la jeunesse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s