Lutte traditionnelle


Ce samedi, 17 Août 2010 de 16 heures à 18 heures 30, s’est tenue au terrain municipal de l’hippodrome à Bamako, un tournoi de lutte traditionnelle organisé par la Fédération Malienne de Lutte Traditionnelle. L’évènement était sponsorisé par Sotelma-Malitel.
La lutte est un sport, mais aussi une des pratiques traditionnelles de la société africaine et ces deux contextes n’ont pas manqué à l’évènement de ce soir. Les lutteurs, tous trapus et robustes ont fait un à un, appel à leurs techniques, à leur talent et à leurs savoir faire de la lutte et de la pratique africaine pour affronter l’adversaire. Le terrain était totalement plein de spectateurs qui étaient tous venus voir ce sport qui était en voie de disparition au Mali. Les organisateurs de ce tournoi, c’est-à-dire la Fédération Malienne de Lutte a pour ambition de faire revivre ce sport qui plait à beaucoup de personnes.
untitled
De 16 heures à 18 heures 30 minutes, nous avons assisté à des affrontements très durs et chaque gagnant a reçu à son niveau, sa part de récompense. Pour l’unité, la fraternité et l’intégration africaine, nos frères lutteurs sénégalais étaient présents à ce tournoi de lutte traditionnelle pour rendre la soirée encore plus belle.
Le gros prix de ce tournoi a été remporté par Anda Lah, un des lutteurs maliens.
Faire revivre ce sport qui constitue également une de nos valeurs sociétales est une initiative à soutenir.

untitled

Auparavant, la lutte traditionnelle se pratiquait dans nos villages. Elle fait partie des cycles d’apprentissage et d’intégration de l’enfant africain. Elle avait pour but d’éveiller l’esprit de l’enfant comme les autres sports, de développer son corps et de créer une scène de rencontre et de collaboration entre les jeunes.

Cette petite histoire peut, je crois bien, témoigner tout cela :

Cette lutte se pratiquait habituellement dans chaque village, mais la présence d’un jeune étranger ou d’une jeune étrangère suscitait aux jeunes du village de connaitre son niveau de formation et le groupe avec lequel il/elle doit évoluer pendant son séjour.

Malgré la grande distance entre les villages, les liens de parentés, d’amitié, de mariage, de coutumes, d’une manière ou d’une autre liaient différents villages et cela occasionnait des visites temporaires des jeunes d’un village dans un autre village. A son arrivée dans l’autre village, obligatoirement, le jeune garçon ou la jeune fille doit intégrer un groupe d’âge pendant son séjour. Il/elle ne connaissant pas sa date de naissance, ses parents n’étant pas là pour dire exactement l’âge de l’enfant, on faisait recours à la lutte traditionnelle pour situer dans le village, le groupe que le jeune étranger doit adhérer pendant son séjour

.
Cela se passait ainsi :

Un jour, un groupe d’âge de jeunes garçons si c’est un garçon, ou de jeunes filles si c’est une fille, venait se présenter au chef de la famille d’accueil de l’étranger ou de l’étrangère avec ses mots : « Nous sommes venu(es) chercher ton étranger ou ton étrangère pour aller nous amuser un peu » Le vieux accepte tout en sachant de quoi il s’agit. Ceci fait, on amène l’étranger ou l’étrangère sous un arbre, généralement un karité qu’on appelle « le karité d’intégration d’étrangers

. »

Tour à tour, par ordre croissant, l’étranger ou l’étrangère lutte avec les membres de chaque groupe. Quand il/elle fait match nul avec un membre d’un groupe, cela veut dire qu’il a le même âge et le même niveau de formation que ce groupe. Donc, il/elle adhère ce groupe avec lequel il/elle fait tout pendant son séjour. Les membres des groupes les plus âgés sont ses grands frères et grandes sœurs et les membres des groupes les moins âgés sont ses jeunes frères et sœurs.

Je pense que c’est intéressant de faire accompagner ce sport par cette valeur sociétale surtout quand ça crée une occasion de rencontre entre les pays comme la présence de nos frères sénégalais à ce tournoi.
Lutte traditionnelle

Publicités

Une réflexion au sujet de « Lutte traditionnelle »

  1. Je suis vraiment impressionnée devoir que cette pratique continue en Afrique et que les blancs aussi peuvent y participer; savoir aussi qu’il y aura une fédération pour ça comme le foot. Nous n’allons faire ce que les blancs nous imposent il faut qu’ils fassent un peu de chez nous; rire.

    Au fait je veux savoir si le terrain de lutte africaine a un nom. si oui lequel .

    Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s