CréAlama bɛ bɔgɔlan kɛ walasa ka Mali seko ni dɔnkɔ ni kokɔrɔw lakodɔn



Bɔgɔlan ye ɲɛgɛn kɛli ye finimugu kan Mali la. Ɲɛ ninnu bɛ labɛn ni jiriw ni bɔgɔ ɲagaminnen ye. Ɲɛgɛn minnu bɛ kɛ finimugu kan, olu bɛ bɔ miiriyaw la ani Mali laada kɔrɔ : ciwara, Kanaga (n’o ye tamasiyɛ ye dugukolo ni kabakolo cɛ), ani kadɔw taabolo.

Bakari Alama Jakite bɛ cɛfiniw, musofiniw, demisɛenfiniw, ani tabulow dilan bɔgɔlan na ani fɛn caman wɛrɛw. A bɛ se ka ja caman sɔrɔ yan o lu kan. Kalanw ni jiraliw senfɛ, Alama b’o kɔrɔlenko ninnu jira diɲɛ fan bɛɛ fɛ walasa mali seko n’a dɔnko ka lakodɔn, Maliden ka se ka jira n’u dɔnko n’u taabolow ye.

Alama Bɛ bɛ jiriw bɔ, ka ɲɛw labɛn, ka ɲɛgɛnw kɛ ani ka finiw kala. Alama ni mɔgɔ wɛrɛw bɛ baara kɛ : a dɔgɔninw, kalalikɛlaw ani gesedalaw. A se ko donnen bɛ nin baara in na walasa bɔgɔlan ka don bala ani a ka lakodɔn doɲɛ fan bɛɛ fɛ.
Sisan, Alaa bɛ ka Faransitaa dɔ labɛn min kama a bɛ ka fɛn caman dilan bɔgɔlan na a bɛ na minnu majira k’u feere Utikalo la Faransi.

Publicités

4 réflexions au sujet de « CréAlama bɛ bɔgɔlan kɛ walasa ka Mali seko ni dɔnkɔ ni kokɔrɔw lakodɔn »

  1. Bonjour aux redacteurs de ces formidables articles. Et voila des Maliens dignes du Mali qui se soucient du developpement du pays. Bien que je ne pouvais lire les articles qu’en tatonnant comme une élève de la prémière année de scolarisation, j’apprécie à sa juste valeur le courage et l’ardeur que vous avez investis en écrivant en BAMANA.
    Je suis analphabète en Bamanan-kan, la lecture de vos articles m’a motivé à apprendre l’écriture en Fasokan.
    Les discussions interminables autour de la question de d’ensiegner en Bamanan-kan au mali n’a aboutit à rien mais votre site prouve qu’il s’agit de se mettre au travail pour prouver que nos langues maternelles sont aussi apprenables et surtout qu’on pourrait mieux nous exprimer en celles -ci que dans les langues étrangères.
    Couage courage frères et soeurs malien
    salutations fraternelles
    Djeneba
    Allemagne

    .

    • Merci Beaucoup Djènèba pour ces termes d’encouragement. Effectivement ce n’est pas facile, mais à cœur vaillant, rien d’impossible. On se bat pour le développement du pays et fait ce qu’on peut pur lui.
      Merci

  2. Si on pouvais avoir des personnes comme Alama la culture Africaine serais sauver, la qualité de son travail exceptionnelle c’est l’amour d’un travail avec une personne hautement qualifier qui imortalise la tradition et la culture Africaine la mise en valeur de la langue maternelle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s